La reprise en sous-oeuvre par micropieux

La reprise en sous-oeuvre par micropieux est nécessaire lorsque les fondations superficielles d’un bâtiment ne permettent pas d’éviter les tassements différentiels et la fissuration de l’ouvrage. Le rôle des micropieux est d’ancrer la maison à des profondeurs que les fondations traditionnelles ne peuvent pas atteindre. Cette technique reste complexe et nécessite, pour son exécution, l’intervention d’entreprises spécialisées. Les travaux, la plupart du temps délicats, impliquent en général le déménagement provisoire des occupants de la maison.

reprise sous-oeuvre micropieux

Des micropieux. Pour renforcer la structure du bâtiment

L’option des micropieux est incontournable lorsque la maison manque de stabilité, car cette instabilité se traduit par l’apparition de fissures sur les murs du bâtiment. L’objectif de la reprise en sous-œuvre par micropieux est de rediriger les descentes de charges du bâtiment vers un sol plus profond, plus solide et plus homogène. La longueur des micropieux varie alors en fonction du sol, de la structure de l’ouvrage et nécessite une étude géotechnique précise.

Reprise en sous-oeuvre par micropieux. Un phasage très précis

La première étape de ce processus consiste à effectuer un forage par rotopercussion au niveau des débords de la fondation. Ensuite, à l’aide d’une foreuse appelée tarière, on pratique une excavation de la terre jusqu’à la profondeur prévue par les études préalables. On enfile après dans le trou une structure métallique tubulaire, avant d’y injecter une coulée de ciment fluide. A la surface, au niveau de la tête du micropieu, on réalise une soudure pour y fixer une platine métallique. Enfin, on effectue un coulage de béton armé pour lier le micropieu et la fondation existante, ce qui permet de transmettre la descente de charge du bâtiment.

L’étude de sol. Un préalable à toute reprise en sous-oeuvre par micropieux

L’étude géotechnique est primordiale. Sans elle, la reprise en sous-oeuvre par micropieux ne serait pas possible. En effet, l’étude de sol est utile pour comprendre la particularité du sol, sa texture, ou encore ses propriétés mécaniques. Elle joue ainsi un rôle central dans les calculs de fondations et l’évaluation de la profondeur des micropieux.

Des longrines de rigidification. Un dispositif complémentaire aux micropieux

Il est fréquent qu’une longrine de rigidification soit mise en place pour assurer une meilleure stabilité du bâtiment. Ces longrines raccordent chaque micropieu et visent à rigidifier l’ensemble (complément de scellement). Cette disposition constructive est complémentaire aux micropieux. Elle offre une meilleure assise et une meilleure transmission des charges vers les pieux.

Les précautions nécessaires à la reprise en sous-oeuvre par micropieux

La reprise en sous-oeuvre par micropieux est l’une des solutions privilégiées pour réparer les fissures. Cependant, même réalisée sous le contrôle d’entreprises spécialisées, il est nécessaire de prendre certaines précautions. En effet, plusieurs facteurs peuvent, sur le long terme, devenir des problèmes, comme la succion des racines qui a pour effet d’accélérer la dessiccation du sol. Il est ainsi préconisé de placer des filtres anti-racine ou encore de mettre en place un système de drainage destiné aux eaux souterraines.

fissures maisons qualification