La structure d’une maison fissurée détaillée en 5 points

Il est primordial de procéder à une étude minutieuse pour mieux comprendre le phénomène de fissuration, et ainsi trouver la solution pérenne en matière de réparation. Cette étude porte précisément sur 5 points de structure. Les constats sont alors effectués en fonction du terrain et de l’environnement, mais aussi à partir de l’état des fissures même. Il faut donc se pencher sur les fondations, examiner le plancher bas, sans oublier de considérer la conception générale et la superstructure de la maison fissurée.

structure maison fissurée

Étude des fondations et des ferraillages d’une maison fissurée

Les angles sont généralement sujets à des mouvements différentiels, qui sont alors à l’origine des fissures. Il est de ce fait impératif que les semelles de fondations soient réalisées méticuleusement, puisqu’elles contribuent à l’amortissement de ces mouvements. Ce qui permet d’éviter la fissuration de la structure. L’existence d’un lien mécanique entre les différents ouvrages réalisés en béton armé et la qualité des ferraillages, ne doivent pas être négligés. Les liaisons entre le chaînage vertical et les semelles de fondations, ainsi que les angles des chaînages horizontaux, font partie des éléments à surveiller de près.

Caractéristiques d’ancrage des fondations d’une maison fissurée

La profondeur d’ancrage dépend essentiellement de la nature du sol. L’étude géotechnique permet de déterminer les caractéristiques du sol (nature et contraintes). C’est cette même étude qui indique ensuite la profondeur recommandée pour l’ancrage, afin de pallier au retrait-gonflement des argiles ou risque RGA. Il faut également tenir compte des pentes, de la présence éventuelle d’un sous-sol partiel et de toute autre situation particulière. La réalisation de l’ancrage des fondations doit optimiser le report des charges, un détail important dont il faut tenir compte pour préserver correctement la structure et ainsi, éviter les fissures.

Nature du plancher bas d’une maison fissurée

Les caractéristiques du plancher bas en rez-de-chaussée sont à prendre en compte. Il peut être réalisé sur terre-plein, reposer sur un vide sanitaire, ou encore être conçu en dalle pleine. La sensibilité de la maison aux mouvements du sol dépend, en grande partie, de la nature et des spécificités du plancher. Un plancher sur vide sanitaire est plus approprié aux constructions bâties sur sol argileux, notamment parce qu’il réduit les risques de fissures occasionnées par les tassements différentiels. La préservation de la structure de la maison est donc optimisée.

Structure des barrières capillaires d’une maison fissurée

Il est fréquent que les semelles des fondations avoisinent une nappe phréatique. Sous l’effet des différentes pressions, l’humidité du sol remonte dans les parois, atteignant progressivement les murs de la surface habitable. C’est ce qu’on appelle le phénomène de remontées capillaires. La barrière capillaire a pour rôle de protéger les différents éléments de maçonnerie, les meubles et autres équipements. Durant un temps, cette barrière se constituait d’un film polyane inséré dans le premier rang de maçonnerie. Cependant, cette méthode favorise les glissements préférentiels entre le soubassement de la structure et les maçonneries en élévation. La barrière capillaire est donc désormais faite de mortier hydrofuge.

Superstructure d’une maison fissurée et conception d’ensemble

La mise en œuvre de chaînages verticaux n’a pas toujours été obligatoire pour des constructions réalisées sur terrain argileux. Toutefois, la mise à jour en 2008 de la norme NF DTU20.1 implique obligatoirement la conception de liens en béton armé, entre les ceintures des maçonneries en élévation. D’autres zones peuvent être plus vulnérables aux fissures, selon la conception d’ensemble de l’ouvrage. Les parties arborant des angles étroits y sont particulièrement sensibles.

fissures maisons qualification