L’impact de la végétation sur la fissuration des maisons

Quand des fissures apparaissent sur une maison, il n’est pas simple pour un particulier de savoir à quoi les attribuer : au sol ? au constructeur ? aux matériaux ? L’expertise fissures est justement utile pour permettre d’identifier la ou les causes probables des fissures grâce aux observations terrain, à l’expérience et, le cas échéant, à des tests complémentaires (étude de sol, sondage, essai et mesure de la résistance des matériaux, etc.). Il est important d’avoir en tête que plusieurs causes se combinent parfois. Cet article traite ici du cas particulier de la végétation et de son impact sur les mouvements différentiels du sol et sur la fissuration des maisons.

impact végétation fissuration maisons

La végétation assèche le sol. Et la sécheresse n’est pas bonne pour votre maison

Une plante a besoin d’eau. Elle va donc développer ses racines de manière à trouver l’humidité nécessaire. Et, si des arbres sont proches de la maison, il est même possible que quelques racines s’approchent des fondations : la terre va alors s’assécher, le sol va bouger et la maison va perdre certains de ses points d’appui. Des tensions peuvent alors apparaître au niveau de la structure, entraînant mécaniquement la formation de fissures. Le phénomène risque d’être plus important pour les terres de nature argileuse.

Quand la végétation bouge. Le sol et votre maison aussi !

On considère souvent les arbres et les plantes comme des organismes immobiles. Pourtant, les végétaux se déplacent : au-dessus du sol on parle d’héliotropisme, une attirance vers la lumière, et en-dessous, c’est plutôt l’hydrotropisme dont il est question. Attirées par la présence d’eau, les racines et radicelles se développent dans des directions diverses. Or, l’argile située sous une construction retient bien l’humidité. En période sèche, la plante va donc avoir tendance à étendre ses racines dans les zones argileuses, aggravant le processus de retrait et gonflement des argiles, à l’origine de mouvements dans le sol, de tensions sur la structure de la maison et donc, potentiellement, de fissures.

Planter un arbre, oui. Mais à une distance éloignée de votre maison

La végétation est, bien sûr, un atout important pour la qualité de vie. Mais avant de planter un arbre, il faut prendre en compte sa Zone d’Influence Géotechnique (ZIG). Il s’agit du volume de terrain au sein duquel il y a interaction entre : l’ouvrage ou l’aménagement du terrain (du fait de sa réalisation et de son exploitation) et l’environnement (sols et ouvrages environnants). On considère, en général, que la ZIG d’un arbre est égale à une fois sa hauteur adulte. Elle est de une fois et demi cette même hauteur pour des rideaux d’arbres.

Dans la ZIG de la maison, pas de place pour les arbres !

Dans la ZIG de la maison, il convient d’abattre les arbres susceptibles d’avoir une influence sur le bâti. Certaines variétés d’arbres (chêne, saule, peuplier, etc.) sont plus dangereuses que d’autres. Mais indépendamment de son essence, les racines d’un arbre planté dans la ZIG peuvent créer des mouvements de sol. Et même une fois l’arbre abattu, elles peuvent être à l’origine de problèmes : en pourrissant, les racines de la souche de l’arbre arraché peuvent pourrir et créer des voies d’eau, ce qui n’est pas plus souhaitable. Il convient donc d’arracher les racines proprement pour éviter tout risque de fissuration.

Maintenir les haies à bonne distance de la maison

Il n’y a pas que les arbres qui peuvent être à l’origine des mouvements de sol : c’est aussi le cas des haies de lauriers ou de thuyas, par exemple. Elles doivent être placées à une distance correspondant à au moins une fois et demi leur hauteur à l’âge adulte. La présence de végétation peut donc être un facteur déterminant dans l’apparition de fissures, mais il faut garder en tête que seul un expert peut déterminer la gravité et les causes de ce problème. Le contrôle de la végétation est ainsi essentiel, mais pas toujours suffisant  !

fissures maisons qualification