Les fissures obliques : la fissure multitension

Dans la famille des types de formes de fissures, la fissure oblique est aussi appelée “en hachures” et est la résultante d’une somme de tensions horizontales et verticales. Si non unidirectionelle, elle est nommée “en escalier” et suis la forme des joints de mortier. Si elle est nette, elle peut prendre la forme d’une longue fissure continue ou être la résultante de plusieurs fissures en relais. Elle peut être représentée comme un “déchirement”, une tension qui a été rapide et qui a traversé la matière.

Fissure oblique

La causes des fissures obliques

Les fissures obliques, ou en hachures, ont deux causes principales. La première cause est le retrait des matériaux, le retrait étant la réduction de volume du matériau. Si ce matériau est contraint, il cassera comme un morceau de sucre. La deuxième cause la plus fréquente de fissures obliques est l’effort de cisaillement. Ils est provoqué par des tassements différentiels des fondations, ou par déformation non uniforme de parties de murs chargées inégalement.

Fissures obliques : Des forces inégalement réparties

L’apparition des fissures obliques est le signe de forces inégalement réparties, n’assurant pas l’équilibre structurel de la maison. Si ces forces sont dues à des descentes de charge d’éléments lourds tels que la charpente, ou encore lorsque le bâtiment est constitué de parties construites à différentes époques, elles peuvent provoquer des fissures obliques. Ces dernières, une fois analysées comme structurelles, pourront nécessiter la participation d’un bureau d’étude structure. Cela, dans le but de refaire le calcul d’équilibre des charges avant d’envisager le meilleur mode de réparation.

Murs de maison : les fissures obliques multiples

Les fissures obliques, lorsqu’elles sont multiples et se concentrent en angle sous forme d’une voûte sont la traduction de phénomène de compression de blocs (béton ou briques), provoquent des contraintes tangentielles dans les angles des maison et peuvent être dangereuses. Attention à ce phénomène, moins courant aujourd’hui mais pouvant être un défaut structurel sur lequel il faut être vigilant, surtout dans le bâti ancien.