01.89.16.32.30

Fissures sur un mur intérieur ou extérieur de la maison : faut-il s’inquiéter ?

Afin de pouvoir aider un propriétaire confronté à des fissures qu’il a repérées sur les murs de son logement, il convient de déterminer quel est le type de mur concerné. Tous n’ont pas le même rôle, ne supportent pas les mêmes contraintes. Par conséquent, des fissures en leur sein n’aura pas le même niveau de dangerosité, les mêmes conséquences, les mêmes causes, ni les mêmes traitements. Analyse des cas les plus fréquents :

Les fissures sur un mur intérieur de maison

Fissures mur intérieur

Pourquoi un mur intérieur se fissure-t-il ?

Les murs intérieurs de maison ou de tout autre type de bien, se fissurent pour diverses raisons. Les fissures peuvent provenir de malfaçons ou non-conformités, d’un affaissement de terrain, du phénomène de retrait-gonflement des argiles, ou encore d’une instabilité de l’assise de la construction. Avant de procéder à des travaux de rénovation des murs intérieurs, il est nécessaire de connaître la cause de la fissuration.

De manière illogique, les fissures en intérieur des maisons sont souvent perçues comme moins alarmantes que celles des façades extérieures par les propriétaires. Il faut vraiment que l’amplitude des fissures soit importante sur les murs intérieurs pour qu’ils se sentent en danger. Peut-être car le propriétaire pense pouvoir passer mastic et peinture sur des fissures intérieures alors qu’il est souvent démuni face à des fissures sur le crépi extérieur et ne sait comment faire. La logique d’analyse et le potentiel de dangerosité sont pourtant les mêmes que pour toute autre fissure.

 

Fissures sur mur intérieur : rappel des basiques

Petit rappel des règles de bases pour analyser le type de fissure : jusqu’à 0,2 millimètre c’est une microfissure, entre 1 et 2 millimètres c’est une fissure, au-delà c’est une lézarde. La taille est un premier indice permettant de caractériser le type de fissure. Observer ensuite l’évolutivité pour voir si la fissure est stable ou non. Et bien évidemment, vérifier si la fissure concerne un élément porteur de la construction ou une paroi non porteuse.

Fissures sur mur intérieur : des désordres pas toujours visibles

L’intérieur des logements est souvent décoré et les murs recouverts de vinyle, papiers peints ou peintures pouvant masquer des fissures sur les murs intérieurs. Certaines fissures sont caractéristiques des intérieurs de logement : fissures verticales en imposte des portes ou des fenêtres dues à des réalisations de bandes à joint peu qualitative. Il convient d’être vigilant cependant car même sur des structures non porteuses, les fissures peuvent être un désordre collatéral d’un événement bien plus important et dangereux : déformation structurelle ou descente de charge, par exemple.

Les fissures sur murs intérieurs de la maison : quand s’inquiéter ?

Sur des fissures n’impactant que les murs intérieurs, une fissure isolée sera le plus souvent sans danger immédiat. Si, a contrario, les fissures se multiplient autour des menuiseries, sur les cueillis, autour de poutres, près des plinthes, c’est que le bâti se déforme et subit de fortes contraintes. D’abord intérieures, les fissures sont potentiellement évolutives et enclines à s’étendre au travers de la structure.

Les fissures sur un mur extérieur de maison

fissures mur extérieur

Les fissures sur les façades extérieures des maisons, ou autre type de biens, sont souvent anxiogènes pour les propriétaires, à plus d’un titre. Tout d’abord elles inquiètent quant à la sécurité des résidents du bien. Deuxièmement, elles laissent souvent les propriétaires sans pouvoir d’action immédiat, la reprise d’un crépi n’étant pas à la portée de tous. Et finalement elle impacte aussi la valeur vénale du bien. Les derniers chiffres du marché, tendent à démontrer que des fissures sur une maison impliquent une décote de prix importante du bien sur le marché.

Fissures sur mur extérieur : aggravées rapidement par les facteurs climatiques

A contrario des fissures à l’intérieur de la maison, les fissures en façades sont soumises aux intempéries et leur état peut donc être en être aggravé. L’amplification du désordre est alors accélérée par ces facteurs, pouvant créer d’autres pathologies, d’humidité par exemple.

Fissures sur mur extérieur : un degré d’urgence à géométrie variable

Les fissures sur les façades extérieures nécessitent une analyse pour savoir si elles sont consécutives à un désordre structurel présent sur l’ossature de la maison, ou bien si elles sont superficielles et sont circonscrites au revêtement extérieur. Si les fissures sont superficielles, elles sont probablement issues d’une mauvaise mise en œuvre du crépi et nécessitent une reprise d’embellissement simple. Si elles sont structurelles, présentes sur le support sous le revêtement, il conviendra de déterminer les causes de ces fissurations avant toute intervention sur l’ouvrage, au risque de voir le bâtiment se dégrader plus avant.

Fissures sur mur extérieur : comment les réparer ?

Facteur essentiel pour savoir quels travaux sont nécessaires pour réparer les fissures sur les murs extérieurs, il faut déterminer si les fissures se sont stabilisées ou si elles évoluent encore. Dans le premier cas, il est possible d’envisager un rebouchage puis une reprise des embellissements. Dans le second, il faut d’abord stabiliser la structure avant de penser à reprendre l’esthétisme des fissures.

Les fissures sur cloisons intérieures

Qu’est-ce qu’une cloison intérieure ?

On appelle cloison toute paroi verticale de distribution des locaux, et de séparation verticale entre les volumes intérieurs d’une construction, à l’exclusion des murs de refend. La différence principale entre cloisons et murs est le fait que les murs sont porteurs, alors que les cloisons ne le sont pas. On distingue plusieurs types de cloisons : les cloisons pleines, les cloisons sèches, les cloisons modifiables ou mobiles, la cloison de doublage ou contre-cloison, et la cloison-placard.

Pourquoi des fissures apparaissent-elles sur une cloison intérieure ?

Verticales, horizontales, perpendiculaires, etc. Les types de fissures sur une cloison intérieure sont nombreuses. Les causes expliquant l’apparition des fissures le sont également. Il peut s’agir de malfaçons de la construction (absence de fondations, mauvais état des canalisations enterrées, etc.), ou encore du phénomène de retrait-gonflement des argiles contenues dans le sol.

Sur les cloisons séparatives ou sur les doublages en placoplâtre l’apparition de fissures semble moins anxiogène. Attention cependant qu’elle ne soit tout de même pas le signe connexe de désordres sur des éléments structurels adjacents. En dehors de ce cas, il est fréquent de trouver des fissures verticales fines sur les murs dont les joints sont mal réalisés : la pose dans les règles de l’art des bandes à joints entre plaques est souvent négligée. Des fissures sur des cloisons séparatives non porteuses, même si non dangereuses, peuvent être aussi le signe d’autres désordres potentiels : humidité et déformation d’éléments connexes, par exemple.

Une des premières observations que doit faire un expert du bâtiment sur un désordre fissure est de déterminer si cette dernière porte sur un élément participant au maintien du bâtiment. 

Les fissures sur un mur porteur

Qu’est-ce qu’un mur porteur ?

Un mur porteur est une paroi verticale, épaisse, qui a pour fonction de porter la charge des planchers et/ou celle de la charpente de la construction. Son épaisseur, sa densité et sa résistance mécanique sont plus élevées que celles des autres murs. Sa solidarité avec les autres éléments structurels de la maison, en fait une pièce maîtresse de la construction.

Les fissures sur des murs faisant partie des éléments structurels de l’édifice auquel il appartient généreront immanquablement l’inquiétude des habitants. S’il s’avère que les fissures constatées n’impactent que le revêtement de surface du mur (enduit de façade, peintures), le danger n’existe pas, et des méthodes de reprises ou de réfection de parements muraux seront suffisants pour retrouver une esthétique satisfaisante. Le raccourci est souvent pris de parler de murs porteurs pour les murs extérieurs d’une maison, cependant certains murs intérieurs dits “de refend” sont aussi porteurs. Dans les maisons anciennes, certains murs non porteurs ont pu partiellement le devenir avec l’affaissement de la structure, il faut donc être vigilant sur l’apparition de fissures dans les maisons anciennes, quel que soit le type de mur.

Pourquoi un mur porteur se fissure-t-il ?

Des fissures peuvent apparaître sur un mur porteur pour plusieurs raisons : malfaçons, sol argileux, etc. Par exemple, une ouverture sur un mur porteur, sans étude préalable, peut se révéler préjudiciable pour l’ensemble de l’ouvrage. Si les travaux n’ont pas été réalisés dans les règles de l’art, des fissures peuvent survenir sur les murs porteurs. La solidité de la maison est alors menacée.

Les fissures sur mur de refend

Qu’est-ce qu’un mur de refend ?

Le mur de refend est par définition un mur séparatif porteur intérieur au bâtiment. Il se distingue du mur en façade, qui est un mur porteur extérieur. 

Son rôle est d’assurer un contreventement, c’est-à-dire de liaisonner deux murs de façade, ce qui participe à stabiliser la maison.

Fissure sur un mur de refend : des localisations différentes selon les murs liaisonnés

Si le mur de refend est longitudinal, il est dans le sens de la longueur du bâtiment et permet de stabiliser les planchers. Ce sont donc des fissures au sol ou au plafond qui sont susceptibles d’apparaître. Si le mur de refend est transversal, il joue un rôle de raidisseur et participe à la stabilisation verticale du bâtiment. Dans ce cas, ce sont les murs de façade qui sont solidifiés pour éviter l’apparition de fissures.

Fissure sur un mur de refend : des différences selon la technique de construction

Principalement deux techniques sont utilisées pour la mise en œuvre d’un mur de refend. La première est dite par pénétration partielle. Le mur de refend pénètre partiellement le mur extérieur. Si le mur de refend pénètre trop ou transperce le mur extérieur, la maçonnerie sera endommagée et les fissures seront légion. La deuxième technique est dite par juxtaposition, il n’y a plus de pénétration dans le mur extérieur. Avec cette technique, la jonction du mur de refend et des murs de façade n’intervient pas dans le contreventement. Les risques de fissures seront moins fort aux jonctions.

Fissure sur un mur de refend : absence de chaînages

Une recommandation à respecter absolument lors de la réalisation d’un mur de refend porteur constitué de maçonneries creuses, est la réalisation de chaînages verticaux. Faute de quoi, votre mur de refend est susceptible de faire connaissance avec les fissures en escalier, signe de défauts structurel.

Fissures sur un mur pignon

Qu’est-ce qu’un mur pignon ?

Un mur pignon est une paroi verticale, assez épaisse, qui ferme l’extrémité d’une construction. C’est un mur qui n’est pas un long-pan (façade d’un bâtiment, ou versant d’un comble correspondant à sa plus grande dimension).

Pourquoi un mur pignon se fissure-t-il ?

Les causes des fissures sur un mur pignon sont nombreuses. Il peut s’agir d’une instabilité de l’assise de l’ouvrage, d’un effondrement ou un affaissement de terrain, d’un sol argileux, ou encore d’une malfaçon de la construction, par exemple. Il est ainsi important, avant d’entamer des travaux de réparation efficaces du mur pignon, de trouver l’origine des désordres.

Fissures sur un mur parpaing

Qu’appelle-t-on mur parpaing ?

Un mur parpaing est un mur composé de parpaings. Le parpaing désigne tout élément de construction taillé ou moulé – comme une pierre, une brique ou encore un moellon, par exemple – qui présente un parement sur les deux faces d’un mur. Le parpaing désigne également le bloc de béton de granulats, appelé plot ou aggloméré.

Pour quelles raisons un mur parpaing se fissure-t-il ?

Les murs parpaings peuvent se fissurer par suite d’un tassement différentiel, d’un affaissement inégal du sol, de malfaçons de la construction, d’un sol argileux, ou encore de la présence de végétation à proximité. Pour des réparations durables et efficaces, il est indispensable de connaître la cause de la fissuration du mur parpaing.

Fissures sur un mur en pierre

Pourquoi un mur en pierre se fissure-t-il ?

Les désordres structurels peuvent mettre en péril l’intégrité de l’ouvrage en pierre. Les fissures peuvent provenir de tassements dans les fondations, de charges portées par les murs trop importantes, ou de malfaçons de la construction (dimensionnement insuffisant de la charpente, par exemple).

Les fissures sur les murs de soutènement

Le mur de soutènement, tel que son nom l’indique, est un mur de soutien. Il subit donc des forces, pouvant être importantes, mais sa mise en œuvre peut le fragiliser. Les constructeurs prennent soin d’effectuer tests et calculs pour toitures et murs porteurs des maisons. Cependant, étant souvent positionnés en limite de terrain ou aux confins des jardins, les murs de soutènement ne bénéficient pas toujours des mêmes précautions, le risque de danger perçu étant, à tort, moindre.

Fissures sur mur de soutènement : l’absence totale de calcul

L’épaisseur nécessaire des murs de soutènement est souvent estimée “à l’œil” par les constructeurs. Jugeant qu’il n’y a pas de danger important, les constructeurs négligent de faire une étude appropriée pour ces ouvrages, qui sont pour le moins complexes et sujets aux fissures. Ils subissent de nombreuses contraintes, notamment celles des terres qu’ils soutiennent, et surtout celle de l’eau que drainent ces terres. Tension, humidité : les deux facteurs de prédisposition majeurs à l’apparition de fissures sont là.

Fissure sur mur de soutènement : la force de l’eau

Un point important à comprendre lorsque l’on est face à un mur de soutènement, c’est qu’au-delà du poids des terres qu’il retient, la force de la poussée des eaux drainées par ces terres peut être équivalente jusqu’à trois fois la poussée des terres. Il est donc nécessaire de prévoir un drainage des eaux sur le mur de soutènement, sous peine de voir rapidement fissurer le mur dès les premières grosses pluies. La qualité drainante des terres de remblais est un point tout aussi important. Il est souvent préférable de remblayer avec des terres drainantes, quitte à les acheter, plutôt que de le faire avec les terres environnantes du terrain si celles-ci n’ont qu’une faible capacité de drainage.

Les fissures sur les murs de clôture : un ouvrage propice aux fissures

Les murs de clôture, entourant généralement les résidences type maisons ou pavillons, pouvant présenter des pathologies de fissuration, sont réalisés en parpaings ou en béton le plus fréquemment. Il ne leur est pas toujours apporté le soin nécessaire, car ces constructions sont souvent réalisées en fin de chantier et le nombre potentiel de désordres pouvant apparaître est sous-estimé.

Les fissures sur un mur de clôture : ouvrage long, attention aux joints de dilatation

Les murs de clôture sont des ouvrages longs et la réalisation de joints de dilatation tous les 4 ou 5 mètres n’est pas, encore aujourd’hui, une règle suivie par tous. Dès lors, des joints de fracturation naturels se forment. Des fissures apparaissent en lieu et place des endroits où auraient dû être réalisés ces joints

Les fissures sur mur de clôture : un mauvais ancrage au sol

Lors de la réalisation de murs de clôture, le type de sol sur lequel il repose est souvent négligé. L’étude de sol n’étant pas systématiquement obligatoire pour la construction d’une maison, imaginez que pour un mur périphérique, cette précaution sera encore moins courante. Or l’ancrage est primordial, le mur de clôture est à découvert de toute part et subit intempéries dont vents et pluies. Si mal proportionné, l’ancrage ne pourra permettre une pérennité du mur dans le temps.

Les fissures sur mur de clôture : un mauvais entretien

On néglige fréquemment d’entretenir un mur de clôture. Or, au même titre que les façades, charpentes et menuiseries de votre maison, il a besoin d’être entretenu et son revêtement rénové régulièrement dans le temps, pour conserver ses caractéristiques de protection de l’ouvrage. Un plan d’entretien et de contrôles réguliers est à mettre en place dès le début de vie des ouvrages. Ceci permettant de prévenir les fissures sur l’enduit, voire sur la structure du mur de clôture même.

Fissures soubassement

Qu’est-ce qu’un soubassement ?

On appelle soubassement la partie inférieure d’un mur, généralement en empattement de plusieurs centimètres sur le nu de la façade. Le soubassement est aussi parfois en retrait, par arrêt d’un enduit, suivant une ligne horizontale à une quinzaine de centimètres au-dessus du sol, ou au niveau du plancher du rez-de-chaussée.

D’où proviennent les fissures au niveau du soubassement ?

Les fissures sur le soubassement peuvent être causées par plusieurs facteurs, comme un problème de retrait-gonflement des argiles, ou encore par des malfaçons de la construction. Les fissures au niveau du soubassement menacent grandement la stabilité du bâtiment, car elles sont souvent structurelles.

Qui contacter en cas de fissures dans sa maison ?

Face à une problématique de fissures sur les murs, un diagnostic vous aidera à prendre les bonnes décisions. Une expertise fissures établit par un expert technique vous permettra d’identifier la cause de la fissure, d’en déterminer sa gravité, de vous orienter sur les travaux nécessaires qu’il convient de réaliser. 

Lorsque ce diagnostic est réalisé par un expert certifié, il peut vous être utile afin de poursuivre l’artisan ayant réalisé cette partie d’ouvrage, dans le cas où vous auriez délégué les travaux à une entreprise.

J'ai des fissures en façade, dans ma maison, ou sur tout autre type de bâti, que faire ?

Contactez un expert fissures, afin de :

Déterminer l'origine
des fissures

Evaluer la gravité
des fissures

Être infomé ​
sur les recours possibles

Recevoir des préconisations
d'actions à mettre en œuvre